Message de Christian Salez, co-fondateur People On Point

Bonjour,

 

Avant de fonder People On Point avec Erik Perey, je travaillais au sein de grandes entreprises de luxe. La dernière d’entre elles était spécialisée dans la conception et la fabrication de meubles. À l’époque, nous avions pris la décision de repositionner la marque. Nous voulions en effet ne plus nous limiter aux environnements de bureau mais devenir un fournisseur d’environnements de travail plus globaux en incluant tous les espaces liés à la mobilité et à l’hospitalité, les habitations, etc. Ces années étaient difficiles sur le plan économique.

 
 

 
 

Voici toutefois ce que nous avions déclaré à l’époque : « Cette crise offre de nouvelles opportunités. De tels moments nous amènent à revenir à des valeurs essentielles, au travail notamment. Car le monde change. Autrement que nous le pensons parfois. Nous sommes convaincus que la théorie du travail flexible et impersonnel est dépassée. Car nous voulons continuer à connaître notre propre environnement, où que nous soyons. Mais parallèlement à cela, nous savons que nous ne travaillons plus dans un seul et même endroit. Le travail est devenu un flux. À domicile, au bureau, à l’hôtel, à l’aéroport, en voiture : nous sommes constamment sur la brèche grâce à l’accessibilité permanente. Et dans ce mouvement perpétuel, nous cherchons toujours à faire la différence en nous attardant sur les choses qui font aussi la différence. Même pour nous récompenser ou pour récompenser nos collaborateurs en achetant quelque chose de beau et de durable. Il s’agit du meilleur investissement, car l’augmentation de la productivité et du rendement est considérable. Le choix des meubles adéquats est un acte de respect, un bien supérieur.

 
 
Respect pour le travail. Cela semble évident. Toutefois, si nous n’y prêtons pas attention, la notion s’estompe. Dans cette partie du monde, nous voyons l’idée d’avoir le privilège de travailler nous glisser entre les doigts. Nous parlons trop vite d’acquis, de droits. Nous allons à l’encontre de cela. Nous avons le devoir vis-à-vis des générations futures de tenir à nouveau le travail en haute estime. Avec fierté. Innovation et ambition, dynamisme et création, il ne s’agit pas de jurons. Nous optons pour ces termes. Délibérément. Nous allons continuer à aller de l’avant avec nos nombreux collaborateurs à Malines et au-delà des frontières. Nous allons continuer à réfléchir à l’évolution future du travail. Que ce soit dans des ateliers ou dans des habitations multigénérationnelles. Car nous pensons que notre travail et nos produits peuvent fondamentalement soutenir les évolutions que nous subissons. Nous continuons à le faire en visant l’innovation, l’esthétique et la fonctionnalité. Avec le sourire, car l’humour reste désarmant. Mais surtout de façon obstinée, car cette caractéristique est et reste notre marque de fabrique. Et cette obstination va plus que jamais faire la différence. »

 
 
Le déclarer n’était pas suffisant. Nous devions transmettre cette vision à notre personnel, notre capital humain. Je ne voulais pas que cette tâche revienne à des consultants superficiels. Nous voulions trouver le bon équilibre pour que notre personnel s’engage le plus possible envers ces déclarations. J’avais compris que c’était réalisable. En me fiant à Lanla, chef de file canadien sur le marché international des outils de mesure de l’engagement des employés (e-NPS), j’ai compris que chaque augmentation de l’engagement d’un seul e-NPS (employé) pouvait augmenter le NPS global par… deux ! Nous recherchions des personnes capables non seulement d’inspirer les autres, mais aussi, en faisant cela, de fournir une « boîte à outils », constituée sur le principe de formation des formateurs, afin d’assurer une stratégie durable. Plus important encore, nos efforts pour renforcer l’engagement de nos employés devaient entraîner un meilleur engagement et une plus grande satisfaction de nos clients. Et obtenir ainsi de meilleurs résultats commerciaux.
 
 

En fin de compte, nous y sommes parvenus par nos propres moyens.
 
 

Je me suis toutefois souvenu que ce genre de fournisseurs, qui agissent comme des facilitateurs réalistes et animés par un esprit d’entreprise, et non comme des gourous suivant un principe de leadership descendant, n’existent pas vraiment.

 
 

Quand Erik a développé cette approche très simple et pragmatique, liant l’engagement des clients à celui des employés, j’ai donc eu le sentiment que nous avions entre les mains quelque chose qui pourrait faire la différence et créer de la valeur pour les entreprises. Un sentiment partagé par nos premiers clients issus des secteurs du luxe, de l’hospitalité, des finances, du numérique et de l’industrie travaillant avec People On Point.

 
 

Pour toute suggestion ou question, je suis à votre disposition à l’adresse christian@peopleonpoint.com

 
 

Christian

Christian Salez, co-founder People On Point